Œuvres

Camille De Toledo > Oeuvres > L’ADIEU AU VINGTIÈME SIÈCLE – essai

L’ADIEU AU VINGTIÈME SIÈCLE – essai

Oeuvre écrite

Récit d’une éducation intellectuelle à la charnière des siècles, entre la chute du mur de Berlin et la chute du World Trade Center, L’Adieu au 20e siècle retrace, subjectivement, les trois âges de la révolte dans le sillon de L’Homme révolté d’Albert Camus : le temps de neutralisation de la révolte — le Nouvel Enfermement — où je reprends le récit poétique et politique d’une absorption, par le capitalisme, de toutes les techniques de subversion. Puis le temps des flux, d’une Nouvelle Emprise, où le fantasme d’un être-pour-la-vitesse, hybride d’homme-machine, fait entrer l’art dans un âge de la compromission et du marché. Ce sont, ici, les incidences de la pensée de Deleuze sur les cercles d’avant-garde qui sont décrits concrètement, par un regard voyageur, expérimental, qui a traversé et connu ces cercles, de Paris à New York à Londres… Enfin, ce que Toledo décrit comme « l’âge de la Nouvelle Incarnation », qui pourrait bien être, à sa manière, un prolongement de la pensée et des textes de Michael Löwy sur le romantisme révolutionnaire : une connaissance poétique du monde, une sensation de l’humanité cherchant les voies en acte et en pensées, pour s’opposer à la rationalité marchande et à la mathématisation de l’homme. Ce qui fait dire à Toledo que nous avons la charge, nous autres enfants de la métamorphose, nés à la charnière des siècles, d’inventer les formes politiques et poétiques du xxie siècle. Ce livre, l’Adieu au 20e siècle, fut d’abord publié sous le titre Archimondain, Jolipunk, confessions d’un jeune homme à contretemps. Aujourd’hui repris par l’auteur, il a retrouvé le titre et la composition qu’il aurait dû avoir dès la première édition.

Partager : twitter google 0