Œuvres

Camille De Toledo > Oeuvres > LE LIVRE DE LA FAIM ET DE LA SOIF – roman
Illus-40

LE LIVRE DE LA FAIM ET DE LA SOIF – roman

Oeuvre écrite

Le livre de la faim et de la soif est une plongée dans les contrées du conte et du roman picaresque. Le personnage central est le livre lui-même. Alter ego du narrateur, il entame de façon autonome des récits qu’il ne prend pas le temps d’achever, en quête d’une totalité irréalisable. Chaque fois, le livre s’aperçoit qu’en nommant les choses, il les détruit et doit repartir à la recherche d’une autre réalité. Sa folle cavale nous emporte dans de nombreux pays, réels ou imaginaires, dans diverses époques, dans des langues différentes, car le livre n’est jamais rassasié. Ses récits empruntent leurs univers au western, au roman noir, au Talmud ou au Coran, aux poèmes de Michaux ou au roman de Cervantès, à Borges ou à Rabelais…. « J’ai voulu me mettre à la place du livre, à l’heure où tout tremble, au début de ce 21e siècle. Que pense-t-il, le livre, au début du 21e siècle ? A-t-il peur ? A-t-il faim ? Cherche-t-il le retrait ou l’offensive par rapport à un monde qui le dépasse ? Ce que je raconte, c’est le combat du livre pour continuer à exister, pour répondre aux forces, aux violences, aux effrois qui se déploient autour de lui. Vous y croiserez Achab, Swann, Smerdiakov et les doubles de nombreux personnages de la mythologie, Moïse, Mahomet et tant d’autres. J’avais en tête, en y travaillant, la joie affirmative de Rabelais, et bien sûr, avec lui, de toutes les langues qui nous constituent. Car Rabelais fut ce grand mélangeur. Son langage débordait la langue. Il y joua en enfant turbulent, entre les frontières. C’est en ce sens que j’ai voulu renouer avec ce geste, en défigurant parfois la langue pour qu’elle se mette à chanter autrement. La faim et la soif qui sont dans le titre sont pour moi très polysémiques. C’est une faim et une joie de vie autant qu’un grand appétit des mondes qui nous entourent, dans lesquel nous entrons, qu’ils soient redoutables, furieux ou désespérants. »

Partager : twitter google 0